Législatives 2019: la plateforme électorale des OSC dit non à des législatives monocolores

Ce mardi 5 mars 2019, la Commission électorale nationale autonome (Céna) a rendu publique la liste des partis politiques qui devront se présenter aux législatives du 28 avril 2019. Sur les sept candidatures enregistrées par la Céna, seuls deux partis politiques se présenteront aux élections. Il s’agit de l’Union progressiste et du Bloc républicain tous deux de la mouvance présidentielle. Quelques heures après la publication des listes, la plateforme électorale des organisations de la société civile monte au créneau et dit non à des législatives monocolores.

La présidente de la plateforme des OSC. ©Vincent Agué (compte Twitter)

Quelques heures après le verdict de la Céna sur les partis retenus pour les législatives du 28 avril 2019, la plateforme électorale des organisations de la société civile à travers une conférence de presse a manifesté sa position sur cette décision qui conduit à la fin du pluralisme démocratique, héritage de la conférence nationale des forces vives de février 1990.

Le Président Talon et Djogbenou face à leurs responsabilités

Face aux enjeux d’un scrutin monocolore contraire à tous les instruments internationaux et régionaux ratifiés par le Bénin en matière de démocratie, de bonne gouvernance et électorale, la plateforme exhorte le président de la Cour constitutionnelle Joseph Djogbenou et le chef de l’Etat patrice Talon à prendre leur responsabilité. Elle invite le président de la Cour constitutionnelle a mettre en place un cadre de concertation pour ouvrir la participation aux acteurs politiques de tout bord. Quant au chef de l’Etat, la plateforme l’exhorte à agir en sa qualité de garant de l’Etat de droit et de la démocratie afin que les prochaines rencontres avec les acteurs politiques se déroulent mieux que celle du 25 février 2019.

Intégralité de la déclaration de presse



Ginette OTTI, contributrice #citoyen229