Malanville : le budget communal à nouveau rejeté par l’opposition

Après un premier rejet voté le 27 novembre 2018, le budget communal de Malanville a une fois encore été rejeté lors d’une session extraordinaire ordonné par le Préfet de l’Alibori.

Ce vendredi 30 novembre, soit trois jours après le vote négatif essuyé par le maire de Malanville sur le budget et le Plan annuel de travail de la commune, le conseil communal se réunissait à nouveau. A la demande du Préfet du département de l’Alibori, autorité de tutelle. Par arrêté,  Mohamadou Moussa a prononcé la nullité du rejet voté le 27 novembre au deuxième jour de la session budgétaire qui avait démarré dans une atmosphère tendue la veille. Les deux jours de la session avaient en effet été conclus par un rejet du budget et du plan de travail annuel (PTA).

A la session extraordinaire ordonnée par le Préfet, l’opposition majoritaire avec 16 élus sur 25 est restée campée sur sa position. La séance a pourtant été lancée par des explications : d’abord celles du chef du service du Développement local et de la planification. Il a fait une brève présentation du PTA exercice de 2019. Il a fait savoir que le PTA ne regorge pas seulement les actions de la mairie mais aussi celles de tous les services déconcentrés de l’Etat dans la commune de Malanville. C’est en quelque sorte le plan de travail de tous les services publics qui concourent au développement de la commune. Ne pas l’adopter suppose un blocage des activités dans la commune de Malanville en 2019, a-t-il indiqué. Sa présentation a été appuyée par le maire et le secrétaire général de la mairie qui ont tous deux insisté sur l’importance du PTA. Ces différentes explications ont laissé place au débat.

Débat à charge contre le maire

Cette fois les langues se sont déliées du côté de l’opposition. On note une forte participation au débat contrairement à la session ordinaire où personne parmi les conseillers frondeurs ne voulait prendre la parole. Ils ont pour la plupart fustigé le comportement du maire Inoussa Dandakoé. Morceaux choisis : « il n’est pas humble, ne prend pas en compte des propositions faites par les autres ». Par ailleurs, selon les adversaires du maire, la tenue de cette session extraordinaire est exceptionnelle en ce qu’elle démarre à 16 heures.

Au terme du débat à charge contre l’édile de Malanville, le PTA de la commune a été rejeté à nouveau par 9 voix pour et 14 voies contre.

Il en sera ainsi pour le budget primitif exercice 2019 de la commune. Les conseillers, après avoir posé quelques questions sur le budget, ont eu droit à des réponses de la part des techniciens et du maire. Les préoccupations des conseillers ont porté notamment sur le fonctionnement de la Régie Autonome de Gestion du Marché Internationale de Malanville dont le gestionnaire n’a pas été audité après ces six mois de gestion. Les autres points de préoccupation des conseillers sont : le non payement des indemnités des conseillers, des chefs de village et du salaire des agents de la Régie…

Après ces éclaircissements, l’on est passé au vote. L’issue n’a pas changé : le budget primitif de la commune de Malanville exercice 2019 a été rejeté par 9 voix pour et 16 voies contre.

Lambert Adéoty,

contributeur Citoyen 229 à Malanville